IEF

L’accouchement d’un enfant mort in utéro

Il y a huit ans je ne voulais pas partager notre histoire mais je m’aperçoit que c’est plus courant que l’on croit et des fois il y a des choses qui auraient pu se passer autrement. D’accoucher d’un enfant mort né est encore tabou dans notre société, mais si j’écris c’est surtout pour déjà d’une me soulager le cœur, puis deuxièmement pour aider d’autres personnes.

La grossesse de notre fille Emma était inattendu, moi et le père on s’attendait vraiment pas, j’avais fais 2 fausses couches, un gynécologue m’avait même dit que mon utérus était trop petit et en plus il était inhospitable. La grossesse était suivi par une sage femme de la PMI, a qui on faisait confiance. J’ai eu des saignements au début et j’avais beaucoup de contractions, mais aussi de la tension, qui n’était pas traité. On a fait qu’une seule échographie car la voiture était déconseillé et cette échographie aurait du nous mettre la puce à l’oreille car mes règles sont toujours réguliers, et la date prévu d’accouchement était le 4 avril 2011 en suivant ce logique de date de derniere regles, hors l’échographie l’a poussé jusqua la fin de mai 2011, on avait un rdv de controle le 20 mars. On a jamais pu aller. La nuit du 18-19 mars les contractions ont commencé. J’ai téléphoné l’hôpital qui m’ontn dit de prendre du spasfon. J’en ai pris mais a six heures du matin je n’arrivai plus a dormir tellement j’avais mal. A neuf heures on a finalement pu partir (il fallait que la belle mère nous garde le chien), on est arrivé a dix heures a l’hôpital tout heuruex. On avait prit le siègeauto, le sac à langer puis le sac de matérnité, on a attendu un quart d’heure avant que les sages femmes nous ont fait rentrer dans une salle d’accouchement. Une sage femme vient poser le monitor mais elle ne trouve pas le cœur. Déjà la on a commencé a s’angoisser, normal quoi. Elle cherche une autre qui elle aussi ne trouve rien et qui nous dit qu’elles vont chercher un échographe mais qu’elles croient que notre bébé est mort. L’échographe, alors là déjà on était angoissé, on avait peur mais en plus j’avais mal et lui il n’a rien fait pour me soulager, il appuyé comme un dingue. Peut être il avait de l’espoir ou peut être il ne voulait pas être la personne qui serait obliger de nous annoncer la mort de notre fille, je ne sais pas. Mais il m’a fait mal.

Pour nous l’enfer sa doit ressembler a ça. Comment c’est possible que notre enfant meurt avant nous? Comment c’est possible de survivre un tel épreuve?

Avant de continuer pour les lecteurs ou lectrices sensibles, arrêtez-vous là.

On a même pas eu le temps de bien digérer cette affreuse nouvelle avant que les sages femmes nous annoncent que maintenant il faut se préparer à l’accouchement par voie basse! Notre fille se présentait en siège et c’était mon premier accouchement. J’avais peur, j’étais effondré et j’avais mal. J’ai demandé une césarienne qui ‘a été refusé a plusieurs reprise. Le protocole dit voie basse, c’est mieux pour le deuil. Qui est le connard qui a pondu cette idée? Je doute que sa soit une femme, car pour accoucher par voie basse sans anesthésie, en siège pour la première fois en sachant qu’a la fin tu vas pas pouvoir rentrer avec ton beau bébé, eh ben c’est franchement pas motivant! J’ai essayé je vais pas vous le cahcer, mais quand ses petits pieds était dehors mais que sa tête était bloqué, j’en pouvais plus. Le docteur ce boucher car ce qu’il m’a fait devrait pas être légal a forcé le corps de ma fille à re-rentrer pour la tourner. Souvenez vous je n’avais toujours pas d’anesthésie. Ce boucher a mis son bras dans mon moi et je vous jure, ça fait mal. Le papa à réussi a convaincre (il allait frapper le docteur s’il continuait) le docteur de me donner quelque chose. Ce quelque chose c’était de la kétamine monsieur, mesdames. Donc ma fille est née à 11.15, l’accouchement était rapide vue qu’on était arrivé a 10.15 en salle. Mais c’est une heure de ma vie que je n’oublierai jamais.

Ce que des mois plus tard qu’on a appris que notre fille certainement est morte d’une éclampsie. Toute les signes étaient pourtant la: la tension, la taille qui ne correspondait pas au terme puis les contractions, le manque de mouvements. Mais tout cela c’est des choses qu’on ne connais pas quand c’est notre premier grossesse. Quand j’étais enceinte de ma deuxième j’ai compris les différences. Mais pour Emma c’était trop tard. 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.